28/11/2010

Le vétiver et la lutte contre les sacs en plastiques

                             


                                       
Le problème des sacs en plastique est devenu une épidémie au Sénégal aujourd’hui. Cette forme de pollution est par tout, et joue un rôle sérieux à la dégradation des sols dans les champs qui sont proche des habitations humains.

Dans cette article (lire article ici)sur le Tchad il est montre comment Le Maire de N’djamena ; Marie Thérèse Mbailemdana à chercher à adresser cette problème. Elle dit dans une interview avec IRIN ;  

« Ce plastique rend la ville très sale… Vous voyez les plastiques accrochés aux murs, aux arbres. Ca détruit l’environnement. Quand le plastique rentre dans le sous-sol, il [reste pendant des siècles]… Si vous semez, ça ne peut pas germer. Si vous plantez un arbre là où il y a du plastique, l’arbre ne peut pas pousser »

Le Maire a implémenté une stratégie dure d’interdiction de vent des sacs en plastique avec encouragement d’utilisations des alternatives.

Même avec ces gens d’initiative, il y a toujours le problème de ces sacs qui reste dans l’environnement. Au Sénégal nous avons eu l’expérience dans nos champs. Nous sommes situe sur les voie des ruissellements, qui fait porter beaucoup de déchets (fait en grande partie du plastique) et le déposer dans les champs.

Nous avons utilisé des haies vivantes et des haies de vétiver pour essayer de lutter contre cette menace, et comme résultat nous avons vue une forte réduction des sacs en plastique. Avec l’excavation dune plante de vétiver nous avons remarqué beaucoup de plastic dégrade qui ces fait attraper et fixer par ses racines, même a profondeur. Ca nous a montré que le vétiver ‘attrape’ les sacs en plastique et les fixe dans les haies, en protègent les autres surfaces.

Nous pensons que le les haies de vétiver peut, en addition a leurs autres bénéfices, jour un importante rôle contre la pollution de ces sacs, et pour l’assainissement de l’environnement, dans le contexte d’une campagne générale.

Aucun commentaire: